N°36 Agir ensemble malgré l’adversité

automne 2021

PARTAGEZ-MOI

 Partager cette lettre avec vos amis, c’est être acteur du projet AMD Bangladesh. 

Alors n’hésitez plus une seconde, Partagez Moi! 

 Chers(ères) ami(e)s, 

Ces derniers mois en France et dans le monde l’adversité n’a pas manqué: 4ème vague COVID mondiale, conflits armés et attentats en Afghanistan, Cyclones aux États-Unis, inondations en Europe, tremblements de terres en Haïti. Le Bangladesh n’a pas été épargné. 

Le variant Delta venu de l’Inde a occasionné une 4ème vague COVID particulièrement violente et meurtrière. Les répercussions du re-confinement sont majeures sur les plus pauvres qui se retrouvent sans ressources. Un incendie dans les camps de Rohingyas a fait de nombreuses victimes et encore plus de sans-abris. Des inondations, hélas habituelles pour la saison, ont encore fragilisé la population. Dans notre équipe, en France et au Bangladesh, plusieurs ont été confrontés à des maladies sérieuses. Et bien, malgré tout, dans la tempête, nous avons continué d’agir et ensemble nous maintenons le cap de la solidarité: 

> Le projet de construction a bien commencé et nous avons espoir de finaliser la première tranche d’ici la fin de l’année. 

> Les volontaires continuent de se mobiliser pour tenter de récolter les fonds nécessaires à la poursuite des soins. 

> Nos fondations amies: Anber, Mérieux et Wavestone continuent de soutenir nos actions. 

Alors vous aussi, n’hésitez pas à poursuivre votre participation à ce projet. Par avance, un grand merci ! 

Les membres du copil


SOMMAIRE

Un pays de catastrophes

Les soins aux enfants

Un projet qui sort de terre

Une incroyable énergie !


Un pays de catastrophes

Kazi Maskudul Alam – Administrateur

Kazi est le responsable régional AMD-SARPV. La SARPV est notre association partenaire au Bangladesh. La SARPV est un peu l’équivalent de l’association des paralysés de France (APF) au Bangladesh.

Kazi : Ces derniers mois ont été marqués par plusieurs catastrophes et à chaque fois nous avons tenté de faire de notre mieux pour soutenir les populations en détresses.

Fin Mars 2021 un terrible incendie a ravagé une partie des camps de réfugiés de Rohingyas où nous travaillons au sud du Bangladesh près de notre sous centre d’Ukhia. Il y a eu au moins 15 morts, des centaines de blessés, 10 000 abris de fortune ont été détruits et c’est plus de 45 000 personnes qui se sont retrouvées sans abris. 

Fin juillet 2021 la 4ème vague Covid a obligé le gouvernement à décréter un nouveau confinement. Cette vague a été terrible et il y a eu beaucoup de morts. Notre chirurgien et ami le Dr Taslim et toute sa famille ont été sérieusement touchés. Il se remet à peine de cette épreuve après un passage en réanimation. 

Août 2021 cela a été une succession de pluies torrentielles avec à la clé des inondations majeures. Il y a eu 8 morts noyés. La région de Chakaria a été complètement bloquée. Autour du centre tout était inondé, c’était vraiment incroyable. Le confinement empêche les gens de travailler et les inondations ont détruit habitations, toilettes, routes et les récoltes. Il est extrêmement difficile de trouver de la nourriture et de l’eau potable. Les conditions de vie sont vraiment de plus en plus difficiles. Face à ces catastrophes qui se succèdent, nous sommes vraiment inquiets pour notre avenir et celui de notre région.


Les soins aux enfants

Shetara Begun dit « Shetu » – Kinésitherapeute

Malgré l’adversité qui s’acharne notre équipe continue de se mobiliser pour la cause des handicapés dans la région de Chakaria et dans les camps de Rohingyas. Shetu est Kinésithérapeute. Elle a été formée par Kiné du Monde et travaille au centre depuis 14 ans. 

Shetu: Tous les mois je vois en consultation entre 200 et 250 patients, sauf pendant le confinement où le nombre de consultations diminue beaucoup. Je vois différents types de handicaps. Je vois régulièrement des pieds bots que nous traitons selon la technique de Ponseti. (Plâtres, ténotomie, appareillage).

Notre chirurgien correspondant de l’hôpital de Chittagong le docteur Taslim a eu un COVID extrêmement sévère, aussi il n’a pu venir à Chakaria pendant plusieurs mois. On a insisté plus sur les plâtres, en attendant qu’il se remette. Aujourd’hui heureusement il va bien, il a repris son travail normalement.

Je vois aussi des cas de rachitisme au stade débutant. Le traitement médical et nutritionnel est alors suffisant pour faire régresser les déformations.

Je vois aussi beaucoup de Paralysie Cérébrale (CP). A Chakaria, c’est moi qui coordonne les soins pour ces enfants CP. Le traitement est basé sur de la kinésithérapie, l’éducation des parents et souvent un appareillage. Les appareillages sont réalisés dans notre atelier.

Avec Sakib, l’orthoprothésiste responsable de l’atelier nous adaptons ensemble les traitements : déambulateurs, attelles de marche ou fauteuils fixes ou roulants. C’est vraiment une chance d’avoir cette possibilité à Chakaria. J’aime bien ce travail en collaboration !


Un projet qui sort de terre

Freddy Balestro – Comité de pilotage

L’atelier de production d’attelles et de prothèses de Chakaria est une des pierres angulaires des soins prodigués pour les enfants handicapés. Comme nous en avions parlé lors de la précédente lettre, nous avions depuis 2018 le projet de rénovation et d’extension de l’atelier pour en faire un centre moderne et plus fonctionnel. Freddy Balestro, un des administrateurs du projet vous en parle. 

Freddy: L’adversité a retardé le début des travaux, mais maintenant ce projet est enfin devenu une  réalité. Le bâtiment est sorti de terre et les travaux avancent à grand pas.

Avril 2021: Les anciens bâtiments en terre battue ont été détruits, puis ont débuté des fondations qui au Bangladesh sont la clé pour un bâtiment durable. En raison de tests de sols défavorables, nous avons été obligés de majorer la résistance des fondations.

Mai 2021: Fondations terminées, les piliers sont ferraillés puis le ciment est coulé.

Juin 2021: Les piliers ont été construits, le toit du rdc est préparé en vue de la réalisation de la dalle.

Juillet 2021: La dalle de toit est terminée. Au rez-de-chaussée, rehaussement avec des briques puis coulage de la dalle de sol. 

Septembre/ Octobre 2021 : Le gros oeuvre est terminé. Les murs sont montés, les finitions peuvent commencer.

A l’heure ou vous lirez ces lignes le bâtiment aura encore progressé. Les équipes au Bangladesh s’affairent pour que l’atelier et le centre kiné soient opérationnels début 2022. Cela ne sera possible que grâce à la générosité de nos fondations amies: les fondations Mérieux, Wavestone et Anber. Un grand merci aux administrateurs de ces fondations qui nous font confiance!


Une incroyable énergie !

Thierry Craviari – Chirurgien

Certaines contraintes m’ont obligé à quitter Gap pour m’installer à Châteauroux dans l’Indre. C’est de cette région du centre de la France que je vais continuer mon engagement avec l’équipe de pilotage du projet AMD Bangladesh. 

L’épidémie de COVID nous a appris que le télétravail et les réunions à distance permettent de gérer efficacement bon nombre de problèmes. Nous avons bien plus d’échanges qu’avant. Il n’est pas rare d’être connecté entre Gap, Grenoble, Châteauroux, Metz, Lyon, la Belgique, Saint-Marcellin et Chakaria. L’aventure continue et nous planifions les prochaines missions en 2022. Mais dans les Hautes Alpes, me direz-vous, que se passe-t-il ? Eh bien les volontaires continuent à se mobiliser pour la cause des enfants du Bangladesh. Leur énergie est incroyable ! 

Vide ton Grenier ! 

Clémentine et Alain, ont parcouru le département tout l’été pour exposer antiquités et objets divers dans les vides greniers. C’est une belle façon de récolter des fonds, de parler du projet Bangladesh et de sensibiliser la population aux problématiques que rencontrent nos amis du Bangladesh. 

Pelottes, perles et fils en aiguilles…

Mavi – Infirmière au CHICAS

Née en 2017 d’une idée des membres du personnel du CHICAS (Centre hospitalier de Gap), L’Association CREA’ACTIVES regroupe une joyeuse équipe d’esprits créatifs. Au départ, l’objectif était de couvrir chaque tête d’un bonnet « METS TON BONNET ! ». De fils en aiguilles, d’autres talents se sont exprimés. Couture, Tricot, Crochets et Perles, les Créations suivent les tendances de la Mode et des Saisons. Ainsi, chacun et chacune participent à sa façon : 

-En faisant des dons de fournitures (Laine, Tissus, fils, Perles…)
-En exprimant sa créativité
-En achetant les créations


Régulièrement, nous nous retrouvons lors d’Ateliers Créatifs et Conviviaux et organisons des Ventes. Cette année encore, nous reverserons ainsi nos bénéfices au profit d’AMD Bangladesh.

La valeur n’attend pas le nombre des années!

Fleur et Lily sont 2 jeunes filles de Gap qui ont été sensibilisées à la problématique du handicap des enfants du Bangladesh lors des soirées d’information auxquelles elles ont participé. Petit à petit, comme une évidence elle ont décidé de faire quelque chose pour « sauver les enfants au Bangladesh »…rien de moins ! 

Elles se sont creusées les méninges puis ont activé leurs mains. Le résultat est magnifique, de vraies bijoutières en herbe. COVID oblige, elles ont patiemment attendu une occasion pour vendre leurs bijoux « handmade ». Le jour arriva, ce fut un beau succès et une grande partie a été vendue. 

Elles sont tellement fières  de faire don de l’argent récolté à AMD. 

Fortes de ce succès elles préparent déjà leur prochaine vente, vous pouvez même faire une commande…contactez-nous (thierry.craviari@gmail.com)!

Fleur et Lili, les enfants du Bangladesh vous disent Onek Dhonobat ! (Merci Beaucoup!)

%d blogueurs aiment cette page :